Premiers réflexes

Les premiers jours après un accident sont très importants pour les suites de la procédure. Voici les premiers réflexes à adopter. Tout cela sera fait avec mon aide, évidemment.

Blessures

  • Sur place, si vous êtes en mesure d’agir, relevez tous les éléments permettant une reconstitution des faits (photos, numéro de plaques des véhicules, identité des conducteurs, identité des témoins avec numéros de téléphone.....)
  • Déclarez, ou faîtes déclarer l’accident à votre assureur dans les 5 jours de l’évènement (date précise de l’accident, circonstances précises, coordonnées des témoins éventuels, photos, numéro de police...)
  • Demandez la copie de tout votre dossier médical (hôpital et/ou médecin traitant)
  • Demandez le certificat médical initial à l’hôpital (très très important)
  • Demandez le compte rendu d’hospitalisation
  • Demandez les comptes rendus opératoires 
  • Demandez les admissions en rééducation
  • Prenez des photos ou faîtes prendre des photos de vos cicatrices. Datez les
  • A votre sortie de l’hôpital, envoyez à votre organisme d’assurances maladie les ordonnance du médecins, feuilles de soins et votre certificat d’arrêt de travail
  • A votre sortie, déposez plainte pour blessures involontaires au commissariat ou à la gendarmerie
  • Demandez au commissariat ou à la gendarmerie de vous donner une convocation rapide aux UMJ
  • Si votre état ne permet pas de déposer plainte, je le ferai à l’aide de ces pièces
  • Si une instruction est ouverte, constituez-vous partie civile
  • Constituez plusieurs dossiers (Travail et perte de salaires, loisirs que vous faisiez et que vous ne faîtes plus à cause des blessures, médical avec toutes les pièces scientifiques relatives à l’accident et photos)
  • Gardez précieusement la preuve de l’intervention d’un tiers à domicile pour vous venir en aide, et le nombre d’heures faîtes par ce tiers

Il doit être précisé que les proches de victimes de blessures involontaires peuvent également se constituer partie civile si une instruction est ouverte, puis devant le Tribunal pour faire indemniser leur préjudice par ricochet (souffrance de voir l’être aimé souffrir notamment...)